Développement réactif des médias pour la démocratie au Niger

S'efforcer d'atteindre une plus grande résilience communautaire, autosuffisance, responsabilité et santé communautaire en autonomisant les communautés grâce à une autorité décentralisée et des ressources déconcentrées tout en augmentant le flux d'informations publiques.

Un projet de -
Niger, Sahel

Il y a une grande différence entre les professeurs des villes et des villages… ce n'est pas normal! Tous les enfants du Niger doivent avoir les mêmes chances d'accéder à l'éducation. Nous devons redéployer le surplus d'enseignants des villes vers les campagnes pour que nos enfants puissent aussi avoir des enseignants. »

- Adam Aboubacar, LDG de Nguigmi (Diffa)

En tant que partenaire principal de Counterpart International, EAI dirige les initiatives de communication de ce projet, qui comprend la production de programmes radiophoniques de style magazine dynamiques et pertinents dans les quatre langues locales pour atteindre les populations cibles à Niamey, Diffa, Agadez et Zinder. Nous travaillons en partenariat avec les communautés pour mettre en lumière les activités et les politiques du département administratif de la santé et de l'éducation du gouvernement. EAI travaille avec des stations de radio communautaires à travers le pays en fournissant un renforcement des capacités qui leur permet de dénicher et de plaider pour des solutions aux problèmes sociaux et politiques. Plus précisément, nous travaillons avec les communautés pour organiser des tables rondes qui comblent le fossé entre les politiciens locaux et les citoyens. Nous avons formé des groupes d'écoute et de discussion en partenariat avec des artistes nigériens ainsi que des chefs religieux, traditionnels et civiques pour favoriser le dialogue et l'action sur les grands enjeux sociaux et politiques.

UTILISER WHATSAPP POUR L'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE:

Les facilitateurs et les membres du Learning Discussion Group (LDG) utilisent WhatsApp pour échanger des informations entre eux, mais aussi comme moyen d'augmenter l'engagement civique. En multipliant les discussions entre les facilitateurs et les membres du LDG, les participants sont motivés à plaider au nom de leurs communautés afin d'apporter des changements positifs en répondant aux préoccupations du public, aux idées de projets d'action communautaire et à promouvoir l'importance de ce que leurs communautés font pour stimuler changement. En mai 2018, l'équipe EAI a commencé à inclure des vox pops des discussions sur WhatsApp en raison de leur contenu intéressant et de leur pertinence pour les thèmes du projet.

Théorie du changement (pour CPI et tous ses partenaires): La théorie du changement des projets postule qu'une meilleure compréhension des dynamiques locales entravant ou promouvant la réforme (par la recherche) et un discours public à double sens positif et constructif (dialogue), combinés à une volonté, une confiance et une capacité accrues de la société civile, du secteur privé , les médias, le gouvernement et les partis politiques pour former des alliances et des partenariats afin de réaliser la réforme (action collective), renforceront à terme les solutions locales qui promeuvent le bien public et éloigneront les incitations des comportements qui sapent ce bien.

"Je m'appelle Laminou et je suis de Zinder; j'écoute vos épisodes et vous encourage à en faire plus [...]" - Message IVR laissé le 08/30/2018

Impact et portée de ce projet

114

professionnels des médias formés aux compétences de plaidoyer auprès du gouvernement et de la société civile

208

les dirigeants ont été formés au cours des ateliers de communication stratégique avec la société civile, les chefs religieux et les chefs traditionnels favorisant la collaboration, l'action collective

34

des tables rondes de dialogue radio pour promouvoir l'échange et la collaboration entre les médias, la société civile, le gouvernement et les partis politiques

Dans nos villages, la situation des enseignants est vraiment critique. Ils ne sont pas payés régulièrement, ce qui est aggravé par le manque d'infrastructures adéquates pour le faire. Si l'État veut qu'il y ait une éducation de meilleure qualité, il doit réfléchir à la façon de rémunérer régulièrement les enseignants, ainsi que d'avoir une idée plus claire de ce qui se passe en classe. » Idi Abdou Idi
Membre LDG de Zinder