Briser les barrières, gagner en confiance et s'exprimer

Grâce à une émission de radio produite par EAI, les agricultrices du Népal parlent des ressources et des services promis par le gouvernement local. Découvrez Amana, qui a trouvé sa voix.

«Je suis allé au bureau municipal pour obtenir des informations sur les services et les avantages fournis par le gouvernement local après avoir écouté le programme de radio [d'EAI]. Mes inquiétudes n'ont pas été correctement reconnues par les fonctionnaires et je n'ai pas pu obtenir les informations que je recherchais », explique Amana Khatun, se rappelant la première fois qu'elle s'est rendue au bureau de la municipalité en décembre 2020.

Amana Khatun est une agricultrice musulmane de 35 ans. Les musulmans font partie des groupes les plus défavorisés sur le plan socio-économique au Népal, comme l'indiquent de multiples études, le recensement national et les indices de développement humain. Selon l'enquête démographique et de santé au Népal (NDHS) 2016, seulement 26% des femmes musulmanes au Népal sont alphabétisées, tandis que seulement 12% des filles musulmanes terminent leurs études secondaires. Comme la plupart des femmes musulmanes de sa communauté, Amana n'a pas eu de possibilités d'éducation et, issue d'une famille qui défend les valeurs conservatrices, Amana a été confrontée à des disparités entre les sexes tout au long de sa vie. Elle se sent impuissante et ne pense pas avoir les compétences nécessaires pour défendre ses droits, tant au sein de sa famille que dans la communauté au sens large.

Amana est l'une des agricultrices engagées dans une intervention dirigée par Equal Access International, dans le cadre du programme JP-RWEE soutenu par ONU Femmes pour améliorer les compétences générales de leadership des agricultrices. EAI produit Sambal («Mutual Strength»), une émission radiophonique qui enseigne aux femmes agricultrices le leadership et les compétences de vie afin de renforcer leur participation égale à la vie de la famille et de la communauté.

Après avoir écouté Sambal, Amana a décidé de visiter les bureaux de son gouvernement local pour s'enquérir des ressources et des services alloués par le gouvernement local aux femmes agricultrices. Malheureusement, elle a été balayée par le fonctionnaire et n'a pu obtenir aucune information utile.

«J'ai été licencié par les officiels et personne ne m'a vraiment donné d'informations utiles. Je n'ai pas l'habitude de parler en public ou aux autorités. Je n'ai jamais pensé que je serais capable d'atteindre les dirigeants locaux par moi-même. J'ai entendu dire qu'il existe différents programmes et budgets locaux alloués aux femmes et à l'agriculture dans le Sambal programme et que nous devrions nous renseigner à ce sujet dans nos bureaux locaux. Cela m'a encouragé à prendre des mesures pour résoudre les problèmes auxquels je faisais face. Mais l'expérience m'a rendu encore moins enclin à me rendre à nouveau dans les bureaux du gouvernement par la suite », raconte Amana, rappelant sa première expérience au bureau municipal.

Malgré sa première expérience décourageante avec les dirigeants locaux, Amana a eu une autre occasion de s'engager. Elle a été invitée à participer à l'une des Sambal des débats ouverts montrent où elle pourrait parler directement au maire par radio et faire ses demandes.

«Au début, j'hésitais à parler en direct dans l'émission de radio; Je n'avais pas la confiance. Mais j'ai entendu d'autres agricultrices comme moi parler dans le cadre du programme et partager leurs problèmes et leurs expériences. Cela m'a aidé à surmonter ma peur et m'a encouragé à exprimer mes inquiétudes également.

En écoutant ses inquiétudes pendant le spectacle, le maire l'a invitée à lui rendre visite à son bureau où ils discuteraient des problèmes rencontrés par Amana et d'autres agricultrices de sa communauté. Amana et plusieurs de ses collègues agricultrices ont rencontré le maire avec empressement et ont partagé leurs problèmes liés au manque d'engrais, de semences et d'installations d'irrigation. Le maire a clairement expliqué le processus et les étapes du processus de planification et d'allocation du budget au niveau local aux femmes. Il les a également informés que le processus d'allocation budgétaire de cette année était terminé et que leurs problèmes ne pouvaient pas être résolus pour le moment, mais il les a encouragés à participer au processus de planification de l'année prochaine afin que leurs priorités soient incluses l'année suivante.

Amana et ses collègues membres du groupe ont commencé leur participation active au processus de planification du budget de l'année prochaine, s'assurant que leurs priorités seront pleinement prises en compte et atténuées par le gouvernement local.

«Sambal… m'a aidé à me connecter directement avec mes dirigeants locaux, ce qui avait été un défi pour moi dans le passé. Cela a également contribué à renforcer ma confiance. J'étais nerveuse à l'idée de parler à la radio au début, mais maintenant que j'en ai l'opportunité, je sens que je peux exprimer mes préoccupations en toute confiance devant les dirigeants et en public. J'écoute régulièrement l'émission de radio avec mon mari. Dans le passé, je devais demander à mon mari avant d'aller à des réunions en dehors de chez moi. Mais en m'entendant parler devant les dirigeants à la radio, mon mari a commencé à me faire plus confiance. Ces jours-ci, je n’ai pas besoin de lui demander la permission d’aller à ces réunions. »

 Sambal ... a contribué à renforcer ma confiance.